Marine Le Pen évoque souvent l’impératif de retrouver notre souveraineté. Qui peut être contre cet objectif ? Mais pour l’atteindre, elle développe des mesures qui ne peuvent que contribuer à nous rendre plus faible, en diminuant la richesse nationale, en augmentant le poids de l’Etat et en augmentant notre dépendance vis-à-vis de nos créanciers. En clair le programme économique du FN est un énorme bug qui enlève toute crédibilité aux promesses de Marine Le Pen !

Pour le Général de Gaulle, c’est la puissance économique d’une nation, s’appuyant sur le progrès qu’elle sait porter, qui lui offre les moyens de son indépendance. C’est en s’appuyant sur cette vision qu’il avait mis en place de grandes initiatives pour un sursaut national que nous avons décrit dans notre article : François Fillon nous invite au sursaut national, comme De Gaulle en 1958

Le programme du FN, très à gauche, est à l’exact opposé de cette idée de la puissance économique garante de l’indépendance et donc de la souveraineté.

Le programme du FN, c’est en effet :

  • La baisse de la richesse nationale par une politique de décroissance
  • Le frein au développement de l’économie par l’augmentation du poids de l’Etat
  • Le maintien et le renforcement des contraintes qui brident l’activité de nos entreprises françaises
  • La dépendance aux créanciers étrangers par le retour au franc

Nous vous invitons à lire également à ce sujet l’excellent article de Nicolas Baverez  « Le programme économique du FN, une tragédie pour les Français » qui a fait un chiffrage de l’impact économique et explique l’ampleur des dégâts économiques d’un tel programme. Il explique notamment les impact du Frexit et de la sortie de l’Euro.

L’Institut de l’entreprise s’est également penché sur le sujet. Une analyse est sortie dans Challenges : Front national: la facture délirante du programme économique de Marine Le Pen

Le point le plus gravissime reste bien sur cette sortie de l’euro, promesse emblématique de Marine le Pen, dont les premières victimes seront les classes modestes et moyennes. L’inflation associée à la dévaluation de la monnaie pénalisera gravement leur pouvoir d’achat. La totalité des crédits, comme les emprunts immobiliers, verront leur coût augmenter en proportion.

Baisse de la richesse nationale par une politique de décroissance

Marine Le Pen entretient la confusion et ne l’affirme donc pas dans ces termes, mais son programme d’inspiration mélenchoniste est bien un programme de décroissance. En mettant des barrières aux importations (voir son projet de contribution sociale sur les importations), elle accepte de fait une baisse de notre commerce international car il est bien évident que la réciprocité s’appliquera et que nos partenaires instaureront eux aussi des barrières à l’importation de notre production.

La France est la 6ème puissance exportatrice du monde, avec des domaines d’excellence comme l’aéronautique, les vins et spiritueux, les parfums et cosmétiques, les céréales, les fromages et produits laitiers. La France reste le « grenier du monde ». Rien de mieux pour mettre dans une crise gravissime noter agriculture que de mettre nos meilleurs partenaires dans une situation où ils seraient amenés à bloquer l’importation de nos produits !

Frein au développement de l’économie par l’augmentation du poids de l’Etat

Faire des promesses non financées est une spécialité du Front National. Mais dans son nouveau programme 2017, Marine Le Pen tape fort. Plus de 70.000 embauches de nouveaux fonctionnaires qui devraient faire peser 2.5 milliards de dépenses supplémentaires sur les entreprises. Au total, plus de 21 promesses de dépenses majeures dans le programme du FN. Le tout n’est bien sûr pas chiffré par le FN, mais la facture s’élève au bas mot à 85 milliards d’euros par an selon l’Institut de l’entreprise.

Le retour à la retraite à 60 ans est aussi une bombe absolue qui devrait coûter 18 milliards par an . En l’état actuel (départ à 62 ans avec 42 annuités), il existe déjà un déficit important à combler dans les prochaines années (environ 10 Md€ par an dès 2020, 20 Md€ par an dès 2030). Marine Le Pen propose de le creuser en revenant à la retraite à 60 ans avec 40 annuités pour un coût annuel de l’ordre de 18 Md€ (engagement 52) ! Le FN s’inscrit ainsi dans une longue tradition
de laxisme, puisqu’il s’est systématiquement opposé aux réformes conduites par la droite en 1993, 2003, 2008 et 2010, sans lesquelles les pensions ne seraient plus payées depuis longtemps.

De la même manière, Marine Le Pen ne propose pas de réformer l’assurance-maladie, ses seules propositions en matière de santé sont des dépenses supplémentaires (engagement 68 : «augmenter les effectifs de la fonction publique hospitalière », engagement 69 : « créer un cinquième risque de sécurité sociale consacré à la dépendance ») après s’être évidemment opposé à toutes les
réformes passées (en 1996 notamment). Le résultat c’est que les soins, avec Marine Le Pen, ne seront plus du tout remboursés, parce que l’assurance maladie aura fait faillite.

A y regarder de plus près, c’est l’ensemble du programme du FN qui engendrera un poids supplémentaires sur nos forces productrices. Un énorme bug qui peut mettre à genoux nos entreprises et donc notre souveraineté économique.

Maintien et renforcement des contraintes qui brident l’activité de nos entreprises françaises

La politique économique d’extrême gauche que le FN veut mettre en oeuvre a déjà échoué sur toute la ligne au Venezuela, en Algérie ou en Argentine. Outre les mesures déjà évoquées, rien ne manque pour faire peser sur les épaules de nos entrepreneurs de plus fortes contraintes :

  • explosion du coût du travail, notamment avec la « prime de pouvoir d’achat à destination des petits salaires » ;
  • nouveaux impôts sur les grandes entreprises : « créer une taxe sur l’activité réalisée en France par les grands groupes » ;
  • suppression de la loi El Khomri pour plaire à l’électorat de gauche !

Dépendance aux créanciers étrangers par le retour au franc

Nul ne prétend que l’euro est une réussite. De là à proposer le retour au franc et s’engager à dévaluer l’économie ! Cette proposition phare du programme de Marine Le Pen est une véritable bombe. On estime la sortie de l’euro à 180 milliards d’euros ! Une chute de 9 points de PIB !

Marine Le Pen affirme que la dette serait convertie en franc puis dévaluée pour en diminuer le poids d’un coup de baguette magique. Or la moitié de notre dette est assortie d’une clause qui stipule qu’elle ne peut être convertie dans une autre devise si 75% des créanciers ne sont pas d’accord. Que dire des 2000 milliards de dette émises par les entreprises ou banques privées ?

Marine Le Pen affirme calmement qu’elle procédera dès la sortie de l’euro à une dévaluation de notre économie. On sait à quelle point la dévaluation est un poison pour toute toute économie : inflation, fuite des investisseurs, hausse des taux d’intérêts, hausse de l’écart entre les taux allemands et française (ce seul point générerait 30 milliards de charge de dette annuelle supplémentaire) etc.

Par ailleurs, la dette de la France est majoritairement entre les mains des investisseurs étrangers, comme vient de le montrer la récente hausse des taux d’intérêt français à moyen et long terme : la seule perspective d’une possible élection de Marine Le Pen a conduit les détenteurs de la dette française à vendre celle-ci sur les marchés, l’écart de taux à 10 ans entre la France et l’Allemagne passant de 30 centimes à fin décembre, à 90 centimes ces derniers jours, soit un triplement en un peu plus d’un mois. Si la candidate du Front National était élue en mai prochain, nous assisterions impuissant à la vente massive de notre dette, faisant passer les taux d’intérêt à 10 ans de 1,2 % aujourd’hui à 4, 5, 7 % voire davantage, comme ce fut le cas pour l’Espagne et le Portugal lors de la crise des dettes souveraines en 2011. Cette situation, si elle survenait, augmenterait de façon dramatique le coût de la dette car tous nos emprunts arrivant à échéance dans l’avenir devraient être renouvelés à ces conditions, qui feraient exploser notre budget.

Seule une monnaie forte apporte de la stabilité à une économie, garante de son indépendance. François Fillon a l’ambition de faire de l’euro une monnaie de réserve face au dollar. Ce projet est beaucoup plus pertinent pour une Europe qui souffre trop de l’hégémonie du dollar dans le monde.

Le programme de François Fillon : un nouveau visage pour la France

François Fillon développe pour sa part un programme gaulliste.  Son projet vise à augmenter la richesse nationale, à libérer l’énergie de développement de nos entreprises, à baisser le poids de l’Etat sur le secteur productif et à diminuer la charge de la dette. La France Libre !

A ces conditions, nous pourrons retrouver notre souveraineté, augmenter notre indépendance sur la scène internationale et nous redonner les moyens de notre sécurité, du plein emploi, de notre santé, de notre éducation en particulier.

Le programme de François Fillon est vertueux. Ses bénéfices ont été démontré par des économistes et une modélisation scientifique, à lire dans notre billet : le programme économique de François Fillon, un nouveau visage pour la France