Par Hervé Pichon

Dans quelques jours, c’est-à-dire les dimanches 11 et 18 juin prochains, se dérouleront les élections législatives qui font suite à l’élection présidentielle du 7 mai. Permettez-moi d’appeler votre attention sur ce qui va se jouer ici dans la première circonscription des Yvelines, laquelle compte trois communes, la ville de Versailles, celle de Montigny-le-Bretonneux et celle de Guyancourt, et de vous apporter sur ce sujet un témoignage personnel.

A Versailles, un nouveau candidat solidement charpenté de valeurs fortes

Notre député sortant, François de Mazières, a décidé de ne pas se représenter et souhaite se concentrer désormais sur l’exercice de son mandat de maire de Versailles. L’union de la droite et du centre a accordé son investiture à François-Xavier Bellamy, 31 ans, professeur dans des classes préparatoires littéraires, adjoint au maire de Versailles.

Suggéré par François de Mazières, le choix de proposer aux électeurs la candidature de ce jeune élu local pour porter les couleurs de l’union de la droite et du centre dans notre circonscription est particulièrement heureux et judicieux. Il a commencé sa campagne et fait équipe avec sa suppléante, Ketchanh Abbhay, adjointe au maire de Montigny-le-Bretonneux, une jeune femme très appréciée dans sa commune pour son dynamisme et son dévouement à ses concitoyens.

En raison de son âge, François-Xavier Bellamy est un représentant de cette nouvelle génération qu’on peut souhaiter voir parvenir aux responsabilités nationales. Mais il est beaucoup plus que cela : il est surtout quelqu’un qui a beaucoup mûri une réflexion personnelle très féconde et qui, à ce titre, apporte à sa famille politique une contribution très précieuse dans le domaine essentiel du combat des idées.

Passionné par les enjeux de la culture et de l’éducation, ce jeune agrégé de philosophie et ancien élève de l’Ecole normale supérieure s’est fait connaître en 2014 grâce à la publication d’un essai intitulé Les Déshérités ou l’urgence de transmettre (Ed. Plon). Il y développe une analyse très personnelle : l’échec historique de l’Education nationale au cours des dernières décennies s’est traduit par une inquiétante rupture dans la transmission des savoirs fondamentaux, en particulier dans celle de la langue française, c’est-à-dire de tout ce qui conditionne notre dialogue républicain et une vraie intégration, en particulier celle des plus modestes, dans la communauté nationale autour de notre culture et de notre histoire partagées.

Depuis sa parution, le succès de librairie rencontré par cet ouvrage a valu à F.-X. Bellamy de parcourir la France pour de très nombreuses conférences et rencontres avec les publics les plus divers et de tous âges. Souvent sollicité pour publier des tribunes dans la presse nationale ou pour intervenir dans les médias audiovisuels, le professeur devenu essayiste est désormais un acteur à part entière du débat intellectuel et politique dans notre pays.

Ainsi, il nous est proposé d’élire pour nous représenter au Parlement un jeune intellectuel qui, déjà, porte très haut et très fort quelques-unes des idées auxquelles nous sommes attachés : l’urgence de réussir une réforme en profondeur de l’Education nationale et de transmettre aux jeunes générations les fondamentaux de la langue française, du savoir et de la culture ; l’affirmation du rôle déterminant et prépondérant de la famille dans cette si cruciale œuvre de transmission ; l’importance de l’attention qui doit être apportée, pour tous les âges de la vie, aux plus vulnérables de notre société ; l’affirmation de la nécessité de libérer les forces de l’économie, en particulier celles des PME et des TPE, et enfin l’urgence de la sécurité, en particulier face au risque terroriste.

F.-X. Bellamy est aussi un élu local totalement branché sur le réel et le concret

Membre de l’équipe municipale de François de Mazières depuis 2008, François-Xavier Bellamy s’est vu confier très tôt des responsabilités locales importantes dans les domaines de l’action envers la jeunesse et de l’emploi. Ainsi, il s’est consacré depuis neuf ans à la mise en œuvre d’initiatives souvent innovantes : organisation de forums et de journées pour l’emploi et pour l’apprentissage, création d’un site internet et d’outils d’information destinés aux jeunes et aux étudiants, organisation de manifestations et d’événements permettant le développement des pratiques culturelles ainsi que les engagements citoyens des jeunes, aides diverses à la jeunesse, etc..

Enfin, il a joué un rôle déterminant, en réseau avec des associations, des entreprises et des partenaires publics, pour accueillir, orienter et accompagner des jeunes éloignés de l’emploi dans leurs parcours d’insertion, ceci en tant que président de la Mission locale de Versailles, établissement intercommunal regroupant 17 communes sur un bassin d’emploi de 250 000 habitants autour de Versailles.

La diversité et l’importance de ces missions font de François-Xavier Bellamy un homme de terrain, d’animation de réseaux, de contacts et de projets concrets. La richesse de son expérience donne d’autant plus de force à sa capacité de réflexion intellectuelle.

Aujourd’hui plus que jamais, inventer de nouvelles pratiques politiques

Avec l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République, l’union de la droite et du centre doit inventer et expérimenter sur le terrain de nouvelles manières de relier les élus et les citoyens, d’animer le débat public et de susciter l’engagement civique. Avec la fin du cumul des mandats, François-Xavier Bellamy a bien compris l’opportunité qu’offre ce contexte nouveau pour innover dans les modes d’exercice de son mandat s’il est élu.

Dans cette hypothèse, son approche se traduira, dit-il souvent, par une démarche délibérée de rencontres et de contacts avec toutes les forces vives des trois communes de la circonscription : citoyens de tous âges, élus locaux, professionnels et entrepreneurs, associations de toutes natures, etc. Dans le même ordre d’idées, il entend nourrir sa future action législative à partir des réflexions thématiques qu’il aura pu susciter au fil de l’actualité politique et parlementaire. Son double objectif : associer le maximum de citoyens à la réflexion collective comme au débat public et faciliter en permanence les remontées du terrain.

Attention, rien n’est gagné d’avance ! L’élection de F.-X. Bellamy dépendra de la mobilisation de chacun d’entre nous !

Dans cette circonscription réputée acquise à la droite, on a souvent tendance à croire que tout est gagné à l’avance. En réalité, le contexte a désormais profondément changé pour cette élection législative et il faut que chacun prenne conscience de l’environnement politique nouveau qui est le nôtre : au premier tour de l’élection présidentielle, Emmanuel Macron a réalisé des scores importants à Montigny-le-Bretonneux (35, 16 %) et à Guyancourt (31, 22 %) et le candidat présenté par le mouvement En Marche !, membre du groupe socialiste au conseil municipal de Versailles, pourrait bénéficier de la dynamique ainsi créée.

Cela signifie que tous les électeurs de la droite et du centre, en particulier ceux qui avaient voté pour François Fillon en mai dernier, doivent se sentir très mobilisés, doivent être attentifs à ne pas disperser leur voix et à soutenir F.-X. Bellamy massivement dès le premier tour !

A l’échelle nationale, l’enjeu des élections législatives est très crucial : permettre à notre pays de repartir de l’avant après le consternant quinquennat qui vient de s’achever. Mais, pour cela, il faut que le président Emmanuel Macron ait en face de lui à l’Assemblée nationale une union de la droite et du centre qui soit forte et sûre de ce qu’elle veut pour la France, qui soit prête à gouverner dans le cadre d’une cohabitation dans l’hypothèse où elle obtient la majorité.

A tout le moins, dans l’hypothèse inverse, c’est-à-dire si elle n’obtient pas la majorité à l’Assemblée, il faudra que l’union de la droite et du centre soit déterminée à défendre ses idées par une action d’opposition responsable et constructive tout en se montrant également capable de soutenir, à chaque fois que cela sera nécessaire,  les décisions et les politiques qui seront salutaires pour le pays.

François-Xavier Bellamy est bien dans cet état d’esprit : défendre vigoureusement nos idées et nos valeurs et agir toujours dans le souci de l’intérêt public et du bien commun.

J’ai la conviction que nous avons là un candidat d’une qualité très exceptionnelle mais attention : pour lui donner le maximum de chances d’être élu,  nous devrons tous demeurer complètement mobilisés car c’est nous, électeurs versaillais de la droite et du centre, qui détenons une clé essentielle de son succès.


Dans les trois autres circonscriptions jouxtant immédiatement notre ville de Versailles, il y a d’autres candidats qui se présentent aux suffrages des citoyens au nom de l’union de la droite et du centre et qu’il est souhaitable de soutenir.

Dans la deuxième circonscription (Vélizy-Villacoublay, Versailles-sud, Chevreuse, Viroflay), le député sortant Pascal Thévenot se représente à la députation et a choisi de laisser son fauteuil de maire de Vélizy pour siéger, s’il est élu, à l’Assemblée nationale. Issu de l’entreprise, homme de terrain réputé pour son efficacité, il est un élu proche de ses administrés et a soutenu activement la campagne de François Fillon.

Dans la troisième circonscription (Le Chesnay, La Celle-Saint-Cloud, Saint-Nom-la-Bretèche, Les Clayes-sous-Bois), le député sortant Henri Guaino ne se représente pas. L’union de la droite et du centre présente à sa place le maire du Chesnay, Philippe Brillault, conseiller départemental des Yvelines. Je connais cet élu depuis longtemps et, comme les habitants de son territoire, je sais qu’il est doté d’un caractère trempé et qu’il est très proche de ses concitoyens. Je puis témoigner personnellement qu’il est aussi l’un des hommes les plus généreux qu’il m’ait été donné de rencontrer.

Dans la onzième circonscription (Saint-Cyr-l’Ecole, Trappes, Elancourt, Le Mesnil-Saint-Denis), c’est Jean-Michel Fourgous, ancien député, maire d’Elancourt, qui repart à l’assaut de ce territoire dont le député sortant est Benoît Hamon. Ancien chef d’entreprise, passionné de nouvelles technologies et de recherche, Jean-Michel Fourgous a été, lorsqu’il était député, une personnalité parlementaire exceptionnelle et, là aussi, il est essentiel de le soutenir massivement dès le premier tour car son élection constituerait un événement politique majeur et d’importance nationale.