Notre président Emmanuel Macron veut la grandeur de la France. C’est sans doute pour cela qu’il recrute un deuxième Petit pour sa troupe de marcheurs. Claire O’Petit avait brillé cet été par d’élégants propos à l’égard des jeunes. C’est désormais Bruno Roger-Petit, journaliste-propagandiste pendant la campagne, qui est nommé porte-parole de Macron.

Comme toujours, il y a le Macron de campagne et le Macron de l’Elysée. Pour le Macron de campagne, quand on préside, on n’est pas le copain des journalistes !


Malgré tout le crédit qu’on pouvait apporter à ses propos tenus yeux dans les yeux à Léa Salamé, il s’était tout de même laissé piéger par un geste bien amical avec Ruth Elkrief qui en disait long …

Ce geste révélait en effet bien plus. Marianne le confirmait dans un récent dossier « Quand Macron tentait de recruter des agents doubles parmi les journalistes » où Bruno Roger-Petit est d’ailleurs cité.

Oui, Bruno Roger-Petit était en bonne place auprès de Macron à la Rotonde pour la petite sauterie de l’entre deux tours de la présidentielle. Et oui il a pendant toute la campagne assuré une propagande efficace du candidat Macron via Challenges. Cette propagande est scandaleuse puisqu’il prenait la plume du journaliste indépendant. Il cachait ses réelles intentions. Il dupait ses lecteurs.

Mais qui donc est Bruno Roger-Petit et comment interpréter cette nomination ? Voici une sélection des meilleures analyses sur le sujet :

Nomination oblige, Bruno Roger-Petit s’est empressé de nettoyer sa ligne Twitter. La tâche semblait si difficile qu’il en arriva bien vite à supprimer son compte, purement et simplement ! Comme rien ne se perd sur la toile, voici trois exemples de messages lamentables postés par le nouveau porte-parole :

  • Un message anti-police alors que chaque citoyen devrait reconnaître le service immense de nos forces de l’ordre dans une période si dangereuse
  • Un message où il affirme qu’en tant que gauchiste, il ira voter Juppé à la primaire de la droite
  • Un message concernant la manif pour tous où il partage une pulsion meurtrière, son dilemme étant visiblement sur l’arme du crime

Nul doute que Monsieur Bruno Roger-Petit saura contribuer à la poursuite de la dégringolade de notre président dans les sondages !