Héritiers de François Fillon

Pour un projet patriote, conservateur et libéral

Bruno Retailleau & François-Xavier Bellamy: pour une droite des valeurs qui se préoccupe de la France silencieuse

Emmanuel Macron a bénéficié d’une victoire large en pourcentage mais superficielle en socle de soutien. Cette victoire finalement très fragile et explosive ne doit pas masquer les enjeux pour refonder la droite qui, malgré la campagne de calomnies et les divisions, n’a pas su largement rassembler.

Alors que les prises de parole et de position prennent de l’ampleur au sein de la droite républicaine, nous souhaitons mettre cette semaine en avant deux prises de parole.

Tout d’abord celle de Bruno Retailleau, sénateur de la Vendée et responsable du groupe LR au Sénat, à l’occasion du Congrès de Versailles.

S’exprimant sans notes, avec une clarté absolue, il porte un message de mise à garde au Président et à son gouvernement. Suite à un discours creux et pompeux d’Emmanuel Macron, ne présentant aucune réforme de structure et donc aucune perspective de prospérité, Bruno Retailleau dresse un chemin de redressement autour de trois révolutions à mener :

  • Une révolution économique pour retrouver le chemin du plein-emploi et sortir de l’impasse du chômage de masse, dont un des prérequis est la réduction massive de la dette et des charges qui pèsent sur le travail
  • Une révolution territoriale pour permettre à la France « périphérique » de s’inscrire dans le développement de notre pays, et mettre fin à ce sentiment majoritaire d’exclusion
  • Une révolution civique pour lutter sans pitié contre le totalitarisme islamique et les communautarismes qui déchirent notre tissu social

François-Xavier Bellamy quant à lui revient sur l’échec de François Fillon, son échec aux Législatives (il lui a manqué 800 voix). Il mène aussi une analyse extrêmement lucide et pertinente sur la « dynamique » Macron et les enjeux qui attendent désormais la droite.

Son interview est disponible en intégralité sur son blog : Pour commencer à reconstruire…

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter : M’inscrire

Une personnalité qui monte à droite : Rafik Smati

Connaissez-vous Rafik Smati ? Patriote, entrepreneur à succès, libéral et conservateur, il porte une vision étonnante sur la France de demain et mérite toute l’attention d’une droite qui cherche à se réinventer.

Rafik Smati a soutenu avec énergie et en dehors de tout parti le projet de redressement de François Fillon. Il dénonçait avec la même parole libre l’imposture de la candidature d’Emmanuel Macron.

Nous sommes heureux de vous proposer dans ce court billet un aperçu de la pensée de Rafik Smati et de son mouvement « Objectif France ».

Rafik Smati est un patriote

Arrivé en France à l’âge d’un an, Rafik Smati est un amoureux du pays qui l’a accueilli. Conscient de la force des racines, de notre histoire millénaire, il est un véritable patriote. En février dernier, il publiait cette lettre émouvante. C’est certainement la meilleure lecture possible pour faire sa connaissance.

Rafik Smati est un conservateur

Rafik Smati est de droite, fièrement de droite. Il considère que la droite s’excuse de ne plus être de gauche depuis 1988. Sa thèse est que Chirac ayant perdu les Législatives en 1986 sur un programme de droite, a pivoté sur un programme de gauche, avec un succès électoral, en 1988, sur le thème de la « fracture sociale ». La droite est restée depuis sur ce « logiciel ».

Rafik Smati nous invite à retrouver les valeurs du conservatisme, propres à la droite, dans un monde où le progrès économique et scientifique est inouï et où le progressisme ne sait pas protéger l’homme. Le conservatisme, ce n’est bien sûr pas refuser le progrès, c’est guider le progrès afn qu’il préserve les fondamentaux de notre humanité.

Le conservatisme, c’est préserver l’homme dans un système économique qui peut donner lieu à de multiples dérives, c’est préserver l’humanité face à ce qui met en péril notre environnement, c’est préserver l’humanité par des règles éthiques qui s’affirment face aux progrès sidérant de la science.

Rafik Smati invite notamment la droite à s’approprier les problématiques immenses posées par l’intelligence artificielle, qui est déjà une réalité et dont nous percevons bien les enjeux gigantesques pour nos vies dans les décennies à venir.

Pour Rafik Smati, les conservateurs s’opposent aux libertaires dont Emmanuel Macron est un représentant. C’est pour lui la nouvelle ligne de clivage politique. Il considère que le progressisme est une idéologie de la course en avant, sans considération pour les fondamentaux de notre société et de notre humanité. Vive le conservatisme !

Rafik Smati est un pragmatique

Rafik Smati est sans doute avant tout un pragmatique. Il ne revendique pas la pensée « complexe » de Macron. Face à lui, les mesures techno-socialistes d’Emmanuel Macron ne résistent pas plus de 2 minutes ! Jugez vous mêmes avec cette courte vidéo :

Rafik Smati est pour un libéralisme entrepreneurial

En tant qu’entrepreneur, Rafik Smati sait la force créatrice de celui ou celle qui se lance dans l’aventure entrepreneuriale, pour peu qu’on lui laisse … de la Liberté ! Ce libéralisme de la création, de l’innovation, s’oppose totalement au libéralisme prédateur.

Optimiste malgré la situation actuelle, il dresse dans son ouvrage « French Paradise » le portrait d’une France qui réussit ! Nous vous invitons à lire ce très bon interview de Rafik Smati après sa parution : « les vraies révolutions sont portées par des acteurs à la périphérie du système »

Rafik Smati porte un projet d’avenir

Rafik Smati n’est pas un professionnel de la politique mais un acteur de la société civile qui s’engage  courageusement pour le bien commun. Il a fondé son mouvement, « Objectif France » qui compte 20.000 adhérents après la campagne de 2012. Un interview d’Atlantico nous en rappelle le contexte : « Rafik Smati, l’entrepreneur qui croyait qu’il pourrait changer la France en lançant son parti »

Si ses idées vous intéresse, il est possible d’adhérer en ligne sans obligation de cotisation : www.objectif-france.org

Rafik Smati communique beaucoup par courtes vidéos. Vous pouvez le suivre sur Facebook ou Twitter.

Voici la vidéo qu’il postait le 24 juin pour appeler à refonder une droite dépoussiérée :

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter : M’inscrire

Fallait-il « donner sa chance » à Macron ?

Combien de fois avons-nous entendu cette phrase de Français séduits par l’auto-proclamé Jupiter : « laissons lui sa chance » ? Non seulement une majorité de Français a donné sa chance à Emmanuel Macron, mais elle lui a aussi donné les pleins pouvoirs. Après avoir exercé de grandes responsabilités au sein du quinquennat de François Hollande, le voilà désormais aux manettes du pays. Plus aucune excuse ne lui sera donnée après de si grandes responsabilités, de si grandes promesses et de si grands pouvoirs.

Or malgré les grands élans de communication pour le culte d’une image de renouveau tout en séduction, ces premières semaines révèlent déjà pourquoi il ne fallait pas lui donner sa chance.

1. On découvre le spectacle d’un président Jupiter et de sa cour

On savait Mimi Marchand aux commandes de sa communication électorale. On savait les trucages de ses meetings pour déclencher l’enthousiasme simulé. On savait ses clips truffés de figurants Américains. On pouvait espérer un retour à plus de dignité sous les ors de l’Elysée.

Et bien non. On découvre que le portrait officiel de Macron est une réplique de la série américaine The West Wing. The Huffington Post en dénonce parfaitement la supercherie : Le portrait d’Emmanuel Macron inspiré des États-Unis?

On découvre aussi Bruno Le Maire qui nous ridiculise à l’étranger dans un anglais très moyen en s’affirmant être Hermès. Quel orgueil et quelle méconnaissance ! 1. comment oser se présenter comme un dieu dans une prise de parole à l’étranger ? 2. le nom romain du dieu Hermès est Mercure (puisque Macron s’affirme Jupiter) et 3. Mercure est un dieu double : c’est certes un dieu de la communication, mais c’est aussi le dieu des menteurs et des voleurs. Bravo Bruno …

On a découvert que la vague de dégagisme a porté à l’Assemblée Nationale plusieurs députés médiocres qui ont pu masquer leur incompétence par l’éclat du blason macronien. On découvre cette semaine l’élégance verbale de l’un d’eux, Mickael Nogal, lobbyiste de profession, qui a réussi à battre une Députée LR, pharmacienne anti-lobbye. Voici son message :

2. Le macronisme ne moralise pas la politique

Macron promettait une ère nouvelle, celle de la moralisation de la vie politique. Il vient d’accumuler en quelques semaines de multiples preuves de scandales ou très graves soupçons.

  • Les soupçons d’emplois fictifs du MODEM de François Bayrou et Marielle de Sarnez étaient connus depuis des années. Emmanuel Macron le savait. Il les a embarqué dans sa campagne pour obtenir les 4 points qui lui manquaient. Il s’en débarrasse comme d’une vieille chaussette. Le scandale reste là.

  • Richard Ferrand, politicien socialiste, mis devant les feux de la rampe grâce au soutien apporté à Emmanuel Macron, voit ses ailes brûler. Empêtré dans des soupçons de « mutualisme familial », il perd son poste de ministre mais bénéficie de manière surprenante d’un poste emblématique à la tête du groupe LREM à l’Assemblée.

  • Muriel Pénicaud, la nouvelle ministre du travail, qui doit porter la difficile réforme du marché du travail, se voit elle aussi impliquée dans l’affaire de la soirée de Las Vegas comme le révèle Libé et le JDD : le mail qui implique Muriel Pénicaud

  • Il n’y a pas que les têtes d’affiches macronistes rompues aux arcanes de la politique politicienne (souvent socialistes) pour briller dans les affaires. Les novices sont aussi de la partie. Anticor révèle que deux députées ont fait campagne en profitant d’indemnités maladie financées par notre solidarité nationale: Emilie Guerel et Martine Wonner

  • Bien sûr, oubliée aussi la transparence sur le patrimoine réel d’Emmanuel Macron. Ancien banquier d’affaires, il avait déclaré un patrimoine net inférieur à celui de Nathalie Arthaud, candidate trotskiste et professeur d’économie en lycée. Ses explications n’ont convaincu personne. L’Institut de la Recherche Economique et Fiscale qui avait saisi la Haute Autorité attendra.

En découvrant toutes ces nouvelles, vous vous faites probablement la même réflexion que nous : Emmanuel Macron va considérablement renforcer sa loi sur la moralisation de la politique. Et bien pas du tout, bien au contraire : il rétropédale ! C’est une des grandes nouvelles de la semaine, bien résumée par Nadia Daam.

3. Macron improvise dangereusement face au mur de la dette

Pendant sa campagne, Emmanuel Macron pensait printemps et se gardait bien de parler de dette. Il connaissait comme tout le monde la situation explosive de nos 2200 milliards de dette, la charge de ses intérêts et le budget primaire déficitaire. Il était même particulièrement bien placé, à l’Elysée ou à Bercy, pour savoir le défi qui l’attendait.

François Fillon avait lui eu le courage de la vérité en affirmant que la dette était insoutenable et que la dernière année du quinquennat allait considérablement aggraver la situation. Bien mal lui en a pris. Mais soyons heureux d’avoir eu sa parole pour nous alerter sur l’état dramatique de la situation.

Alors, quand Edouard Philippe feint la surprise de découvrir l’état de la situation, on croit s’étouffer. L’énarchie au pouvoir, dont une bonne partie était déjà dans les arcanes du pouvoir depuis 2012, connaît elle aussi parfaitement la situation. Edouard Philippe avait lui même fait un passage furtif dans l’équipe de campagne de Fillon : il ne pouvait ignorer cet élément essentiel du programme de la droite !

Quand il promet de ramener le déficit sous les 3% dès 2017 sans augmenter les impôts, on est en droit d’attendre un peu plus d’explications. Il annonce pour l’instant le gel des salaires des fonctionnaires – mesure douloureuse de rabotage, en aucun cas une réforme. On attend avec anxiété la suite des coups de théâtre et dérobades.

Le 20 juin, la Commission d’Orientation des Retraites appelle à poursuivre la réforme des retraites initiée par Fillon. Avez-vous entendu Macron ou Philippe en parler ? Les réformes risquent d’attendre et la dette exploser.

4. Macron fait preuve de complaisance coupable avec l’islamisme radical

On se souvient des compliments de Macron à l’égard de Mohamed Saou, « qui a fait un ou deux trucs radicaux mais est un mec bien ». On a appris la nomination de Marlène Schiappa, ministre pro-femen, anti-cléricale et laxiste sur les questions relatives à l’islamisme (lire : les déclarations alarmantes de Marlène Schiappa via Valeurs Actuelles). On découvre ses premiers pas et cet étonnant message cette semaine:

En réalité, Macron ne propose aucune mesure contre l’islam radical, qui pourtant se développe comme un cancer depuis trop d’années dans notre pays. Il n’interdit pas le salafisme et les frères musulmans. On sait pourtant que ces mouvements sont le terreau des terroristes et la cause indirecte de trop de morts. On comprend pourquoi l’UOIF le soutenait avec autant de ferveur.

5. Les macronistes sont des déconstructifs

Macron est un libertaire soutenu par des figures emblématiques comme Pierre Bergé ou Daniel Cohn-Bendit. La mise en oeuvre de la PMA et de la GPA pour tous fait partie de son programme. Seule la GPA réalisée en France resterait interdite, la proposition de Macron étant d’exiger l’utilisation de mères porteuses étrangères. Ces mesures ne vont en rien redresser le pays, mais tout comme Hollande, Macron s’apprête à porter ces mesures de déconstruction dès le début de son quinquennat, à la demande expresse du lobbye LGBT.

Guillaume Roquette dénonce ce faux progrès dans le Figaro du 1er juillet 2017.

Profitons en pour rappeler la réalité de la PMA dans des articles parus récemment :


Malgré ces 5 raisons majeures de ne pas faire confiance à Macron, certains députés LR s’apprêtent à voter la confiance au gouvernement, comme Thierry Solère. Ces députés appartiennent donc de fait à la majorité présidentielle.


Il est urgent pour la droite de refonder un socle de valeurs et de projet face aux dérives dangereuses du président, de son gouvernement et de sa majorité. Ce socle de valeurs doit être conservateur, libéral, patriote et humaniste. Il permettra de clarifier les positions des uns et des autres face à une ambiguïté intenable et de concevoir un véritable projet de rassemblement et redressement national.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter : M’inscrire

Adhérez à Force Républicaine !

Vous avez soutenu le projet de François Fillon car vous pensez qu’il constituait le meilleur projet de redressement pour notre pays ? Poursuivez avec nous la promotion et la construction d’un projet conservateur, libéral et patriote pour la refondation de la droite.

Adhérez sans attendre à Force Républicaine : www.force-republicaine.fr

En tant que membre de la Société Civile, si vous souhaitez vous impliquer dans notre organisation et nos travaux, vous pouvez nous contacter via ce formulaire : Participer au Conseil National de la Société Civile de Force Républicaine

Un député de gauche à Versailles ? Les Versaillais, réveillez-vous !

Par Hervé Pichon, ancien maire-adjoint de Versailles et président du comité de soutien à François Fillon de  Versailles et ses alentours

Dimanche soir 11 juin, le résultat du premier tour des élections législatives dans la première circonscription des Yvelines a donné le résultat suivant : le candidat de La République en marche (LREM) Didier Baichère arrive très largement en tête avec 19 630 voix et 42, 15 % des suffrages exprimés. Il est suivi par le candidat de la droite et du centre François-Xavier Bellamy, qui recueille 12 801 voix et 27, 49 % des suffrages exprimés. Le taux d’abstention s’élève à 43, 61 %.

Ces chiffres ont une signification claire : le risque est désormais très élevé de voir le candidat En Marche ! élu député de Versailles au second tour dimanche prochain 18 juin ! En effet, notre circonscription législative forme un territoire qui ne couvre pas seulement les trois-quarts de Versailles mais aussi les villes de Guyancourt et de Montigny-le-Bretonneux, deux communes ou le candidat LREM a recueilli respectivement 46, 84 % et 48, 72 % des suffrages exprimés.

Qui est M. Didier Baichère, le candidat LREM qui pourrait être élu dimanche prochain ? Sûrement une personne très respectable, je n’émettrai aucun doute sur ce point. Mais les électeurs doivent savoir qu’il est conseiller municipal de Versailles, élu aux municipales de 2014 en deuxième position sur la liste conduite par Mme Isabelle This Saint-Jean, à l’époque vice-présidente PS de la région Ile-de-France et encore aujourd’hui secrétaire nationale du Parti socialiste, liste soutenue par le Parti socialiste, par le Parti Radical de Gauche et par le Mouvement Républicain et Citoyen.

Au sein du « groupe des élus Parti socialiste et divers gauche » du conseil municipal de Versailles, M. Baichère a participé à toutes les prises de positions conformes aux marqueurs de la gauche dans le débat municipal versaillais, défendant en particulier la calamiteuse réforme des rythmes scolaires de Mme Vallaud-Belkacem ainsi qu’une conception étriquée de la laïcité en s’opposant à la dénomination d’une allée Jean-Paul II dans le secteur du quadrilatère Richaud.

Ainsi qu’il le dit lui-même, M. Baichère « marche avec la gauche », ce qui est parfaitement son droit mais il faut que les électeurs en soient clairement informés : le candidat qui pourrait être élu dimanche député de Versailles est une personnalité de gauche alliée du Parti socialiste qui a fait campagne en 2015 pour Claude Bartolone aux élections régionales, ce qui tend une fois de plus à prouver que le macronisme est une belle machine à recycler en douce les rescapés du quinquennat désastreux de François Hollande.

Un député de gauche à Versailles, est-ce bien cela que nous voulons ? Pouvons-nous envisager d’être représentés à l’Assemblée par quelqu’un qui ne portera pas nos valeurs, celles de la droite et du centre, des idées et des valeurs pourtant nettement majoritaires dans notre ville et dans notre circonscription ?

François-Xavier Bellamy, le candidat divers-droite qui sera opposé au candidat LREM au second tour, se présente à nos suffrages en toute clarté. Très sensible aux enjeux de l’éducation et de la transmission de la culture autant qu’aux défis de la fragilité et de l’exclusion sous toutes ses formes, il incarne une droite ouverte et généreuse, ferme sur ses valeurs mais capable de voter et de soutenir demain les décisions et les politiques publiques qui iront dans le sens de l’intérêt du pays. Plus encore, François-Xavier Bellamy portera une parole libre, imprégnée de l’humanisme qu’il a déjà manifesté par ses écrits, attentive à tous nos concitoyens et à toutes les sensibilités. Avec lui, nous aurons la chance d’avoir un député d’une exceptionnelle qualité. Cette chance, ne la laissons pas passer !

Le danger de voir M. Baichère élu dimanche prochain est très réel mais rien n’est perdu ! Rien n’est perdu si les électeurs qui se sentent proches de la droite et du centre se réveillent, sortent de leur torpeur et se mobilisent dans les jours qui restent d’ici le second tour pour créer les conditions d’un sursaut salutaire ! Compte tenu du poids démographique de la partie versaillaise de la circonscription, ce sont les électeurs versaillais qui, s’ils le veulent, peuvent peser très lourd pour emporter la décision. A Versailles, 16 890 électeurs inscrits ne sont pas allés voter au premier tour et, parmi eux, de très nombreux électeurs de François Fillon lors de la présidentielle : cela signifie que, tous, nous devons nous mobiliser pour appeler les membres de nos familles, nos amis, nos relations à un sursaut collectif, celui de la participation au vote dimanche prochain, c’est-à-dire celui du rassemblement de tous les électeurs proches de la droite et du centre en vue d’assurer dimanche prochain la victoire de François-Xavier Bellamy.

Ce scrutin va se jouer dans un mouchoir de poche. Chaque voix comptera. Les Versaillais, réveillez-vous !

P.S. : Si vous êtes en accord avec le contenu de ce billet, diffusez-le et partagez-le par mail ou sur les réseaux sociaux le plus largement possible. La victoire dépendra de nous, c’est-à-dire de notre capacité à nous mobiliser.


Intervention de François-Xavier Bellamy au soir du premier tour

A lire aussi:

Le renouveau dans la 1ère circonscription des Yvelines, c’est Bellamy !

Pour les législatives, soutenons François-Xavier Bellamy, ce jeune candidat qui portera nos valeurs !

Site de campagne de François-Xavier Bellamy

Le renouveau dans la 1ère circonscription des Yvelines, c’est Bellamy !

Le 25 mai dernier, Hervé Pichon nous apportait un beau témoignage de soutien à François-Xavier Bellamy dans la 1ère circonscription des Yvelines.

Voici les dernières nouvelles de sa campagne :

Après avoir mené 100 réunions thématiques, François-Xavier Bellamy publie un programme de 16 pages qui formalise de manière très claire les engagements qu’il portera à l’Assemblée autour de 12 thématiques : l’école, la culture, l’économie et le droit du travail, la fiscalité, la défense et le rayonnement à l’international, la lutte contre l’islamisme, la sécurité, l’attention aux plus vulnérables, les retraites, la famille, l’écologie et l’Europe. Ce programme est disponible sur son site www.fxbellamy.fr

 

 

 

L’équipe de campagne FXB 2017  nous offre un très beau clip que nous relayons ici avec plaisir :

Enfin, François-Xavier Bellamy anime une réunion de très grande qualité le 7 juin devant 500 personnes. Les témoignages s’enchaînent: le député-maire de Versailles François de Mazières, sa suppléante Ketchanh Abhay, un médecin de Montigny le Dr Junes, un jeune entrepreneur de la pépinière de Versailles, un officier des pompiers de Versailles et même un historien de renom en la personne de Franck Ferrand !

On y a apprend que ce talentueux professeur de philosophie de 31 ans conquiert même les cœurs d’insoumis !

Pour suivre les dernières nouvelles et vous faire une idée sur son projet, vous pouvez consulter son excellent site de campagne :

Monsieur Macron, les islamistes ne pensent pas printemps

Nous voterons dans moins d’une semaine pour une nouvelle Assemblée Nationale. Emmanuel Macron présente un indéniable génie de la communication. Mais c’est justement ce qui masque l’inaptitude de son projet à rendre la France sûre et prospère. Les journalistes en chœur commentaient sa poignée de main avec Trump, mais ne se posaient pas un instant la question de savoir comment il pourrait redresser le pays. Des Français restent tentés par l’idée de lui « donner sa chance ». Or les raisons de ne pas voter pour ses candidats marcheurs sont multiples et doivent être largement partagées.

Adoubé par Hollande, l’héritier poursuivra l’oeuvre du quinquennat précédent, lui qui fût l’artisan et le maître d’oeuvre de sa politique économique. Où est le renouveau ?

Macron, énarque (promo 2002) ayant diversifié pendant 4 ans seulement son expérience dans le privé, maintient l’énarchie au pouvoir comme en témoignent la présence de son premier ministre (promo 1995), son ministre de l’économie (promo 1996), son secrétaire général (promo 1998), son directeur de cabinet (promo 1983) ou bien encore celui de son premier ministre (promo 1995) parmi ses plus proches collaborateurs. Où est le renouveau ?

Son « gouvernement de brocante », comme le désigne à juste titre Eric Woerth, rassemble des élus socialistes recyclés, dont le désormais célèbre Ferrand, ou des opportunistes comme Bayrou, Le Maire ou Philippe. Combien de mois cet attelage hasardeux saura-t-il fonctionner alors que de vives tensions pointaient déjà au bout de 3 semaines ?

Ce gouvernement ne porte aucun projet de redressement à la hauteur des défis. Avez-vous déjà une fois entendu Macron nous expliquer comment il allait désamorcer la bombe de nos 2.200 milliards de dette sans augmenter les impôts ?

Mais s’il n’y avait qu’une seule raison de ne surtout pas lui permettre de mener son programme, c’est son aveuglement total sur le cancer de l’islamisme et donc son incapacité à gagner la guerre contre ce totalitarisme qui fait couler notre sang mois après mois. Pour cette unique raison, il est impératif de faire siéger en masse à l’Assemblée des députés de droite qui mettent l’autorité, l’impunité zéro et la lutte sans merci contre le totalitarisme islamique au cœur de leurs préoccupations.

François Fillon avait parfaitement compris cet enjeu de civilisation et comment il fallait mener la guerre contre ce totalitarisme (A relire « Sécurité, discours de combat de François Fillon »). Une grande partie de ses propositions ont été reprises dans le projet de synthèse des Républicains.

De nombreux candidats investis par les Républicains portent des convictions solides à la hauteur de ces enjeux comme en témoignent ces quelques messages de nos candidats des Yvelines:

Ces mesures indispensables pour la victoire ne sont en aucun cas portées par le président Macron qui prétend penser printemps et « make the planet great again ». Pourquoi ?

Macron est dans le déni total du mal qui nous ronge: il accepte l’islamisme en France

Macron était très à l’aise avec le soutien de l’UOIF à sa candidature. L’UOIF aussi.

L’un de ses plus proche soutiens, M Castaner, nous explique que nous ne devons pas parler de l’Etat Islamique car cette organisation n’aurait aucun projet politique ou religieux ? Aveuglement sidérant. A lire la réponse de Pascal Bruckner :

Lors de la campagne présidentielle, Macron avait soutenu le responsable de son mouvement pour l’Oise en expliquant que Mohamed Saou a « fait un ou deux trucs radicaux mais que c’est un mec bien ». Il avait maintenu Saou en poste suite à la demande du CCIF. Symptomatique.

Macron a aussi eu la brillante idée de nommer une ministre pro-voile à l’école en la personne de Marlène Schiappa, sans que cela ne lui pose aucun problème.

Pas étonnant donc dans ce contexte que Macron n’ait pas eu un seul mot pour les 29 coptes assassinés pour avoir refusé de renier leur foi chrétienne. Silence angoissant, comme celui de François Hollande suite à de similaires événements. En revanche, Macron était prompt à honteusement encourager le vote communautaire en Algérie.

Macron refuse de maîtriser nos flux migratoires

Qui de mieux que l’Obs pour dévoiler le programme migratoire de Macron ? Cet article est à lire absolument. Macron loue la politique migratoire de la chancelière Merkel et compte bien maintenir nos frontières ouvertes alors que notre pays est au bord de la guerre civile.

Macron reconnaît n’avoir aucun programme de lutte contre le terrorisme

C’est probablement la plus grande erreur de Macron : de ne pas avoir de programme pour nous protéger. Il l’a reconnu lui même à l’antenne en invoquant alors des mesures dignes d’un technocrate débutant: la création d’une « taskforce » et d’une commission. Où en est-il aujourd’hui alors que des policiers se sont encore fait agresser par un « soldat du califat » sur le parvis de Notre-Dame de Paris ?

Le meilleur moyen de permettre à notre président d’ouvrir les yeux et d’AGIR, c’est de renforcer les compétences du parlement sur ces sujets sécuritaires. Pour la sécurité de nos enfants et la défense de notre nation, Emmanuel Macron à besoin de votre soutien: votez à Droite dimanche prochain !

Pour les législatives, soutenons François-Xavier Bellamy, ce jeune candidat qui portera nos valeurs !

Par Hervé Pichon

Dans quelques jours, c’est-à-dire les dimanches 11 et 18 juin prochains, se dérouleront les élections législatives qui font suite à l’élection présidentielle du 7 mai. Permettez-moi d’appeler votre attention sur ce qui va se jouer ici dans la première circonscription des Yvelines, laquelle compte trois communes, la ville de Versailles, celle de Montigny-le-Bretonneux et celle de Guyancourt, et de vous apporter sur ce sujet un témoignage personnel.

A Versailles, un nouveau candidat solidement charpenté de valeurs fortes

Notre député sortant, François de Mazières, a décidé de ne pas se représenter et souhaite se concentrer désormais sur l’exercice de son mandat de maire de Versailles. L’union de la droite et du centre a accordé son investiture à François-Xavier Bellamy, 31 ans, professeur dans des classes préparatoires littéraires, adjoint au maire de Versailles.

Suggéré par François de Mazières, le choix de proposer aux électeurs la candidature de ce jeune élu local pour porter les couleurs de l’union de la droite et du centre dans notre circonscription est particulièrement heureux et judicieux. Il a commencé sa campagne et fait équipe avec sa suppléante, Ketchanh Abbhay, adjointe au maire de Montigny-le-Bretonneux, une jeune femme très appréciée dans sa commune pour son dynamisme et son dévouement à ses concitoyens.

En raison de son âge, François-Xavier Bellamy est un représentant de cette nouvelle génération qu’on peut souhaiter voir parvenir aux responsabilités nationales. Mais il est beaucoup plus que cela : il est surtout quelqu’un qui a beaucoup mûri une réflexion personnelle très féconde et qui, à ce titre, apporte à sa famille politique une contribution très précieuse dans le domaine essentiel du combat des idées.

Passionné par les enjeux de la culture et de l’éducation, ce jeune agrégé de philosophie et ancien élève de l’Ecole normale supérieure s’est fait connaître en 2014 grâce à la publication d’un essai intitulé Les Déshérités ou l’urgence de transmettre (Ed. Plon). Il y développe une analyse très personnelle : l’échec historique de l’Education nationale au cours des dernières décennies s’est traduit par une inquiétante rupture dans la transmission des savoirs fondamentaux, en particulier dans celle de la langue française, c’est-à-dire de tout ce qui conditionne notre dialogue républicain et une vraie intégration, en particulier celle des plus modestes, dans la communauté nationale autour de notre culture et de notre histoire partagées.

Depuis sa parution, le succès de librairie rencontré par cet ouvrage a valu à F.-X. Bellamy de parcourir la France pour de très nombreuses conférences et rencontres avec les publics les plus divers et de tous âges. Souvent sollicité pour publier des tribunes dans la presse nationale ou pour intervenir dans les médias audiovisuels, le professeur devenu essayiste est désormais un acteur à part entière du débat intellectuel et politique dans notre pays.

Ainsi, il nous est proposé d’élire pour nous représenter au Parlement un jeune intellectuel qui, déjà, porte très haut et très fort quelques-unes des idées auxquelles nous sommes attachés : l’urgence de réussir une réforme en profondeur de l’Education nationale et de transmettre aux jeunes générations les fondamentaux de la langue française, du savoir et de la culture ; l’affirmation du rôle déterminant et prépondérant de la famille dans cette si cruciale œuvre de transmission ; l’importance de l’attention qui doit être apportée, pour tous les âges de la vie, aux plus vulnérables de notre société ; l’affirmation de la nécessité de libérer les forces de l’économie, en particulier celles des PME et des TPE, et enfin l’urgence de la sécurité, en particulier face au risque terroriste.

F.-X. Bellamy est aussi un élu local totalement branché sur le réel et le concret

Membre de l’équipe municipale de François de Mazières depuis 2008, François-Xavier Bellamy s’est vu confier très tôt des responsabilités locales importantes dans les domaines de l’action envers la jeunesse et de l’emploi. Ainsi, il s’est consacré depuis neuf ans à la mise en œuvre d’initiatives souvent innovantes : organisation de forums et de journées pour l’emploi et pour l’apprentissage, création d’un site internet et d’outils d’information destinés aux jeunes et aux étudiants, organisation de manifestations et d’événements permettant le développement des pratiques culturelles ainsi que les engagements citoyens des jeunes, aides diverses à la jeunesse, etc..

Enfin, il a joué un rôle déterminant, en réseau avec des associations, des entreprises et des partenaires publics, pour accueillir, orienter et accompagner des jeunes éloignés de l’emploi dans leurs parcours d’insertion, ceci en tant que président de la Mission locale de Versailles, établissement intercommunal regroupant 17 communes sur un bassin d’emploi de 250 000 habitants autour de Versailles.

La diversité et l’importance de ces missions font de François-Xavier Bellamy un homme de terrain, d’animation de réseaux, de contacts et de projets concrets. La richesse de son expérience donne d’autant plus de force à sa capacité de réflexion intellectuelle.

Aujourd’hui plus que jamais, inventer de nouvelles pratiques politiques

Avec l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République, l’union de la droite et du centre doit inventer et expérimenter sur le terrain de nouvelles manières de relier les élus et les citoyens, d’animer le débat public et de susciter l’engagement civique. Avec la fin du cumul des mandats, François-Xavier Bellamy a bien compris l’opportunité qu’offre ce contexte nouveau pour innover dans les modes d’exercice de son mandat s’il est élu.

Dans cette hypothèse, son approche se traduira, dit-il souvent, par une démarche délibérée de rencontres et de contacts avec toutes les forces vives des trois communes de la circonscription : citoyens de tous âges, élus locaux, professionnels et entrepreneurs, associations de toutes natures, etc. Dans le même ordre d’idées, il entend nourrir sa future action législative à partir des réflexions thématiques qu’il aura pu susciter au fil de l’actualité politique et parlementaire. Son double objectif : associer le maximum de citoyens à la réflexion collective comme au débat public et faciliter en permanence les remontées du terrain.

Attention, rien n’est gagné d’avance ! L’élection de F.-X. Bellamy dépendra de la mobilisation de chacun d’entre nous !

Dans cette circonscription réputée acquise à la droite, on a souvent tendance à croire que tout est gagné à l’avance. En réalité, le contexte a désormais profondément changé pour cette élection législative et il faut que chacun prenne conscience de l’environnement politique nouveau qui est le nôtre : au premier tour de l’élection présidentielle, Emmanuel Macron a réalisé des scores importants à Montigny-le-Bretonneux (35, 16 %) et à Guyancourt (31, 22 %) et le candidat présenté par le mouvement En Marche !, membre du groupe socialiste au conseil municipal de Versailles, pourrait bénéficier de la dynamique ainsi créée.

Cela signifie que tous les électeurs de la droite et du centre, en particulier ceux qui avaient voté pour François Fillon en mai dernier, doivent se sentir très mobilisés, doivent être attentifs à ne pas disperser leur voix et à soutenir F.-X. Bellamy massivement dès le premier tour !

A l’échelle nationale, l’enjeu des élections législatives est très crucial : permettre à notre pays de repartir de l’avant après le consternant quinquennat qui vient de s’achever. Mais, pour cela, il faut que le président Emmanuel Macron ait en face de lui à l’Assemblée nationale une union de la droite et du centre qui soit forte et sûre de ce qu’elle veut pour la France, qui soit prête à gouverner dans le cadre d’une cohabitation dans l’hypothèse où elle obtient la majorité.

A tout le moins, dans l’hypothèse inverse, c’est-à-dire si elle n’obtient pas la majorité à l’Assemblée, il faudra que l’union de la droite et du centre soit déterminée à défendre ses idées par une action d’opposition responsable et constructive tout en se montrant également capable de soutenir, à chaque fois que cela sera nécessaire,  les décisions et les politiques qui seront salutaires pour le pays.

François-Xavier Bellamy est bien dans cet état d’esprit : défendre vigoureusement nos idées et nos valeurs et agir toujours dans le souci de l’intérêt public et du bien commun.

J’ai la conviction que nous avons là un candidat d’une qualité très exceptionnelle mais attention : pour lui donner le maximum de chances d’être élu,  nous devrons tous demeurer complètement mobilisés car c’est nous, électeurs versaillais de la droite et du centre, qui détenons une clé essentielle de son succès.


Dans les trois autres circonscriptions jouxtant immédiatement notre ville de Versailles, il y a d’autres candidats qui se présentent aux suffrages des citoyens au nom de l’union de la droite et du centre et qu’il est souhaitable de soutenir.

Dans la deuxième circonscription (Vélizy-Villacoublay, Versailles-sud, Chevreuse, Viroflay), le député sortant Pascal Thévenot se représente à la députation et a choisi de laisser son fauteuil de maire de Vélizy pour siéger, s’il est élu, à l’Assemblée nationale. Issu de l’entreprise, homme de terrain réputé pour son efficacité, il est un élu proche de ses administrés et a soutenu activement la campagne de François Fillon.

Dans la troisième circonscription (Le Chesnay, La Celle-Saint-Cloud, Saint-Nom-la-Bretèche, Les Clayes-sous-Bois), le député sortant Henri Guaino ne se représente pas. L’union de la droite et du centre présente à sa place le maire du Chesnay, Philippe Brillault, conseiller départemental des Yvelines. Je connais cet élu depuis longtemps et, comme les habitants de son territoire, je sais qu’il est doté d’un caractère trempé et qu’il est très proche de ses concitoyens. Je puis témoigner personnellement qu’il est aussi l’un des hommes les plus généreux qu’il m’ait été donné de rencontrer.

Dans la onzième circonscription (Saint-Cyr-l’Ecole, Trappes, Elancourt, Le Mesnil-Saint-Denis), c’est Jean-Michel Fourgous, ancien député, maire d’Elancourt, qui repart à l’assaut de ce territoire dont le député sortant est Benoît Hamon. Ancien chef d’entreprise, passionné de nouvelles technologies et de recherche, Jean-Michel Fourgous a été, lorsqu’il était député, une personnalité parlementaire exceptionnelle et, là aussi, il est essentiel de le soutenir massivement dès le premier tour car son élection constituerait un événement politique majeur et d’importance nationale.

Pierre Danon veut faire vivre le fillonisme avec la Société Civile

Pierre Danon, Président du Conseil National de la Société Civile de François Fillon, a largement contribué à la conception du programme présidentielle et à la création d’un formidable maillage thématique et territorial, en parallèle du maillage politique. Il accorde son premier entretien à Atlantico pour dresser les perspectives du fillonisme après la défaite du 23 avril. Il soutient les candidats investis mais regrette que le projet des Législatives ait perdu la cohérence du projet de François Fillon. Il confirme que Force Républicaine portera les idées de François Fillon avec la Société Civile et continuera d’enrichir le projet de redressement national de 2017.

A lire donc sur Atlantico – Pierre Danon : il est regrettable que Les Républicains aient dû édulcorer le programme de François Fillon car cela lui enlève sa force, qui résidait dans sa cohérence.

Pour lire les articles de notre blog mentionnant Pierre Danon

Une Majorité pour la France dans les Yvelines

Voici les candidats investis par Les Républicains et l’UDI dans nos circonscriptions des Yvelines :

Circo. Photo Nom Contact
1ère François-Xavier Bellamy
Professeur agrégé de Philosophie, Maire-Adjoint de Versailles
Versailles, Montigny, Guyancourt
Blog

Page Facebook

Compte Twitter

 

2ème
  Pascal Thévenot

Deputé-Maire de Vélizy-Villacoublay

Cantons de Chevreuse, Vélizy, Versailles-sud et Viroflay

Page Facebook

Compte Twitter

3ème   Philippe Brillault

Maire du Chesnay, Conseiller Départemental des Yvelines, Secrétaire Les Républicains de la 3ème Circo des Yvelines

Cantons de La Celle-St-Cloud, Le Chesnay, Saint-Nom-La-Bretesche, et Les-Clayes-sous-Bois

Page Facebook

Compte Twitter

4ème
  Ghislain Fournier

Maire de Chatou | Vice-président du Conseil départemental des Yvelines

Cantons de Chatou, Houilles et Marly-le-Roi, Louveciennes et Port-Marly

Page Facebook

Compte Twitter

5ème    Jacques Myard

Député – Maire de Maisons-Laffitte

Cantons de Le Vésinet, Maisons-Laffitte, Sartrouville

Page Facebook

Compte Twitter

6ème
  Pierre Morange

Médecin, Député des Yvelines, Maire de Chambourcy

Cantons de Le Pecq, St Germain-en-Laye nord et sud, et les communes Carrières-sous-Poissy, Médan et Villennes/Seine

Page Facebook

Compte Twitter

7ème
  Arnaud Richard

Député des Yvelines – VP de l’UDI – Commission Aff. sociales et Aff. européennes

Cantons d’Andrésy, Conflans-Ste-Honorine, Meulan (sauf communes des Mureaux et de Chapet), Triel/Seine

Page Facebook

Compte Twitter

8ème
  Michel Vialay

Maire de Mantes-la-Jolie – Yvelines

Cantons de Limay, Mantes-la-Jolie et Mantes-la-Ville

Page Facebook

Compte Twitter

9ème
  Jean-Marie Tétart

Député des Yvelines

Cantons d’Aubergenville, Bonnières/Seine, Guerville, Houdan et communes des Mureaux et Chapet

Page Facebook

Compte Twitter

10ème   Jean-Frédéric Poisson

Président du Parti Chrétien-Démocrate, Député des Yvelines. Vice-Président de la Commission des Lois

Cantons de Rambouillet, St-Arnoult-enY., communes de Maurepas et Coignières, et communes de Montfort-l’Amaury, Béhoust, Bazoches/G., Galluis, Garancières, Grosrouvre, Jouars-Pontchartrain, La Queue-les-Y., Le Tremblay-sur-Mauldre, Les Mesnuls, Mareil-le-Guyon, Méré, Millemont et Saint-Rémy-l’Honoré

Page Facebook

Compte Twitter

11ème
  Jean-Michel Fourgous 

Maire d’Elancourt, Conseiller Départemental (LR) Yvelines, VP SQY (dev eco),Co-fondateur de Génération entreprise (150 parlementaires) ,Chef d’entreprise

Cantons de St-Cyr-l’Ecole et Trappes et communes de Elancourt, La Verrière, Le Mesnil-St-Denis

Page Facebook

Compte Twitter

12ème   David Douillet

Député des Yvelines, ancien ministre

Canton de Poissy-sud, partie de Poissy du canton de Poissy-nord, et communes de Plaisir, Thiverval-Grignon, et Auteuil, Autouillet, Beynes, Boissy-sans-Avoir, Flexanville, Goupillières, Marcq, Neauphle-le-Château, Neauphle-le-Vieux, Saint-Germain-de-la-Grange, Saulx-Marchais, Thoiry, Vicq, Villiers-le-Mahieu et Villiers-Saint-Frédéric.

Page Facebook

Compte Twitter

Page 1 sur 10

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

Seo wordpress plugin by www.seowizard.org.